Kasaï: 400.000 enfants menacés de famine dans l’indifférence des autorités

share on:

400.000 enfants risquent d’être atteints de malnutrition aiguë dans le Kasaï selon un communiqué de l’UNICEF. Depuis Septembre 2017, la région du Kasaï est secouée par des violences ayant fait plusieurs centaines de morts. Et causé le déplacement de 1,27 million de personnes principalement en Angola. Ces derniers vivent dans des conditions déplorables.

La crise au Kasaï « a gravement empiété sur les programmes de santé au cours des derniers mois. Elle met à risque de malnutrition sévère aiguë presque 400.000 enfants », insiste le communiqué de l’agence onusienne.

 

40,2 millions de $ pour enrayer la menace de famine

L’UNICEF « a besoin de 40,2 millions de dollars américains pour sa réponse d’urgence dans le Grand Kasaï. Les produits de base sont devenus rares. Ces enfants sont parmi les plus vulnérables du pays. Et maintenant, ils font face à une crise imminente si l’accès aux services de base n’est pas rétabli rapidement. Sans soins de santé adéquats, sans accès à la nourriture et à l’eau potable, la vie de centaines de milliers d’enfants est menacée », ajoute le document.

Selon l’UNICEF, les provisions alimentaires et les produits de base sont devenus rares au Kasaï. Cette région est une des plus pauvres de la RDC après le déclin du secteur des diamants.

Depuis septembre, la région du Kasaï est secouée par la rébellion de Kamwina Nsapu, chef traditionnel tué en août 2016 lors d’une opération militaire, après s’être révolté contre les autorités de Kinshasa. Ces violences qui impliquent miliciens, soldats et policiers ont fait plusieurs centaines des morts – dont deux enquêteurs de l’ONU en mars 2017.

Au cours des derniers mois, les conflits dans la région ont exacerbé cette situation. Et curieusement, le gouvernement congolais assiste impuissant à ce fléau qui risque de décimer sa population. Aucune information ni aucune communication allant dans ce sens. Aucune mesure n’a été prise pour prévenir et enrayer le dit problème.

 

Quid de 100 millions de $ affectés aux problèmes humanitaires?

Pourtant il y a si peu, le gouvernement a déclaré avoir mobilisé près de 100 millions de $ pour répondre aux urgences humanitaires. Il a même créé au mois de mars une agence pour gérer ses fonds et les affectés aux problèmes qui se poseront.

Mais à ce jour, aucune suite n’a été donné quant à la gestion de ces fonds y compris celle de la dite agence. Est ce que le Gouvernement peut manquer 40, 2 millions de $ pour résoudre cette crise humanitaire?

Alors que le gouvernement a refusé de participer à la conférence de Genève et a même appelé au boycott de cette dernière. Pourtant cette dernière voulait mobilisé plus de 1 milliard de $ pour répondre aux besoins humanitaires de la RDC.

Le porte parole de la MP, Alain Atundu s’est même félicité du boycott par d’autres pays de cette conférence. Aujourd’hui que le problème se pose, plus aucune personne ne bombe la torse pour apporter des solutions.

Monseigneur Mosengwo avait pourtant prévenu : « on ne refuse pas la charité quand on a les mains vides. »

Nous sommes dans une situation d’urgence et le gouvernement doit prendre des mesures adéquates pour éradiquer ce problème. Toute une génération des enfants congolais risquent d’être sacrifiés au profit de l’orgueil inutile d’une classe politique.

 

Thierry bishop Mfundu

Leave a Response