Siège de l’Eglise Amen: Mukebayi engagé pour salir le pasteur Léopold Mutombo et Molendo Sakombi

share on:

Mike Mukebayi, missionné par le faussaire Aaron Muyenga responsable de l’Ong UCLDAS, a affirmé il y a deux jours dans les réseaux sociaux que Molendo Sakombi, via sa société Sogeco, qualifiée par ailleurs de fictive par lui, avait spolié la parcelle sise au numéro 744 à Limete 8è Rue/Kinshasa, avant de la vendre à l’Eglise Amen que dirige le pasteur Léopold Mutombo et qui en a fait le siège de son ministère.

Ce énième mensonge de Mukebayi a été aussitôt balayé d’un revers de la main par Toussaint Alonga, avocat de l’Eglise Amen. Ce dernier a déclaré à la presse que les propos de Mukebayi  »sont dénués de tout fondement ».

.

Une transaction faite en toute légalité

Toussaint Alonga precise que la transaction immobilière entre SOGECO, société régulièrement constituée que dirigeait Molendo Sakombi à l’époque, conclue avec le ministère Amen a été faite en toute légalité en 2011.

Dans sa mise au point, Me Alonga a rappelé que l’Ongd UCLDAS, dirigée par Aaron Muyenga, qui avait des prétentions sur ladite concession avait été deboutée par la justice au terme d’une procédure contradictoire tant sur le plan pénal que civil.

Aaron Muyema possédait un faux certificat d’enregistrement que la justice avait annulé en septembre 2011 par le tribunal de paix de Lemba. C’est donc un faussaire car il fut condamné pour faux et usage de faux! Il avait utilisé un faux acte notarié.

Soutenir qu’il y a un contentieux en justice entre la société SOGECO et l’Ongd UCLDAS à propos du siège de l’Église Amen est un gros mensonge, selon Alonga. Qui précise qu’il a par ailleurs rencontré la conseillère principale du président de la République en charge du collège juridique, à qui une correspondance truffée des contrevérités avait été adressée pour salir Molendo et tenir l’honorabilité du pasteur Mutombo.

.

Un député provincial bras séculier de la pègre

Mike Mukebayi devient le bras séculier de la pègre foncière qui ‘s’agite de plus en plus depuis l’élévation de Molendo Sakombi au rang de ministre des affaires foncières.

Voilà 8 mois que Molendo fait l’objet d’un pilonnage en règle de la part d’un individu sans foi ni loi : Mike Mukebayi !

Même élevé au rang de ministre des affaires foncières par le président Félix Tshisekedi, la pègre foncière ne lui laisse aucun répit.

Elle continue à déverser dans l’opinion des tonnes de propos mensongers, diffamatoires et malveillants contre lui. Objectif : le dissuader à ne pas s’attaquer à la mafia foncière dont les ravages sur les familles et l’Etat ne sont plus à démontrer.

Ce réseau de faussaires a donc décidé d’en découdre avec Molendo afin de l’empêcher à assainir le secteur foncier de la RDC.

Pourquoi redoute-t-il autant Molendo?

Ce dernier, promoteur immobilier à succès, connaît leur modus operandi et leur méthode de spoliation qui consiste à établir de faux titres en profitant de la faiblesse de l’administration et de la négligence de certains propriétaires immobiliers.

Sentant que leur business criminel est en danger, le réseau de faussaires, dont Muyenga est un des piliers, redouble d’ardeur pour essayer de discréditer le nouveau ministre des affaires foncières. Et cette mafia à un porte-parole : Mike Mukebayi.

.

Maître dans l’art de la manipulation

Mike Mukebayi est passé maître dans l’art de la manipulation et du mensonge.

Rappelez-vous , il avait déclaré que dans le contentieux électoral qui l’opposait à Molendo qu’ aucun arrêt n’avait été rendu par la cour constitutionnelle. Il s’est même couvert de ridicule en allant faire un sit-in devant la haute cour pour faire pression sur les hauts magistrats alors que l’arrêt avait été bel et bien rendu des mois auparavant.

Autre fait qui illustre la lâcheté du personnage. Il a poussé un jeune désoeuvré à tenir des propos diffamatoires contre Molendo et son chef Vital Kamerhe. Appréhendé par la police et déféré devant la justice, Merlin Vuvu est incapable d’apporter la moindre preuve de ses allégations mensongères. C’était pourtant une belle occasion pour son mentor Mukebayi de lui fournir les preuves qu’il prêtend détenir.

Voici d’autres faits dont Mukebayi s’est rendu coupable.

  1. Mukebayi, maître chanteur, a été suspendu durant une année de l’assemblée provinciale à cause des propos outrageants envers les députés provinciaux. Ici aussi il a insinué que certains membres du bureau notamment son président avait été corrompu.
  2. Mukebayi a insulté les hauts juges durant plusieurs mois lors du contentieux électoral.
  3. Mike Mukebayi a été emprisonné pendant 1 an pour avoir diffamé le Cardinal Laurent Monsengwo en l’accusant d’avoir été corrompu.
  4. Mike Mukebayi avait porté atteinte à la dignité des Tshisekedi. Du père au fils, actuel président de la République. Même maman Marthe n’a pas été épargné. Ils les avaient copieusement insultés.
  5. Mike Mukebayi est celui qui avait faussement affirmé que le pasteur Sony Kafuta avait eu une liaison avec Jaynet Kabila, union de laquelle, selon lui, un enfant naquit.
  6. Vital Kamerhe, Delly Sesanga, Jean Lucien Bussa, José Makila, Lisanga Bonganga, Bahati Lukwebo, Martin Fayulu, Jean Pierre Bemba, etc.; ont tous déjà été victimes des propos diffamatoires de Mike Mukebayi.

Un tel personnage n’a donc aucune moralité. Et ses propos excessifs, mensongers et outrageants ne doivent pas retenir l’attention des personnes sensées. Tôt ou tard il répondra de ses actes devant la justice.

.

Arthur Bitambi