Contentieux électoral: Mike Mukebayi confondu

share on:

On tend certainement vers le dénuement de l’affaire qui oppose le député provicial Mike Mukebayi au député national Molendo Sakombi. A la base de leur altercation, un siège à l’Assemblée nationale à la Lukunga.

Selon Mike Mukebayi, son siège à la députation nationale serait illégalement occupé par Molendo Sakombi. Ce que réfute pour sa part l’UNC, le parti de Molendo Sakombi.

Pour couper court à cette affaire, Me Kaluba, Avocat de Molendo Sakombi, a brandi l’arrêt rendu par la cour constitutionnelle dans le contentieux électoral qui opposait son client à Mike Mukebayi. Il a fait cette révélation jeudi dernier sur Top Congo FM.

.

« Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose » dit-on !

L’opinion se rappellera que Mike Mukebayi, dans son style d’expression caractéristique parfois osé, s’est récemment répandu dans certains médias périphériques, alléguant qu’aucun arrêt n’a jamais été rendu dans cette affaire et qu’il était surpris de la validation définitive du mandat de Molendo Sakombi.

Accompagné d’une dizaine de fanatiques, Mukebayi a organisé un show insipide devant la cour constitutionnelle mercredi 10 juillet.

Lors de ce sit-in, Mukebayi et ses affidés exhibaient des affiches à l’effigie d’un des hauts juges sur lesquelles on pouvait lire : « juge Obulu corrompu avec 60.000$ par Molendo » !

Manifester demeure un droit constitutionnel consacré en RDC. Mais aller jusqu’à cracher sur des juges en les accusant, sans preuves, d’avoir été corrompus par Molendo Sakombi est inacceptable.

Jamais la justice en général et un juge en particulier n’ont été autant humiliés publiquement par un individu qui se croit tout permis, et foule aux pieds les règles les plus élémentaires du vivre ensemble.

.

Fausse victime d’un arrêt rendu depuis 1 mois

Alors que cette affaire a déjà été rendue par la cour, Mike Mukebayi et sa bande d’illuminés s’investissent dans à l’injure facile pour salir l’honneur et la dignité de l’honorable Molendo Sakombi et du Président de l’UNC et Dircab du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe.

L’intervention de maître Kaluba sur Top Congo FM révèle, documents à l’appui, que la requête de Mukebayi enregistrée sous RCE 141/DN à la chambre 2 de la haute Cour a été, en date du 3 juin 2019, jugée recevable mais non fondée faute de preuves suffisantes, que le requérant  a été débouté et que, deux jours plus tard, le 5 juin 2019, cette décision a été signifiée à toutes les parties.

Ceci étale au grand jour le grossier mensonge de Mike Mukebayi qui instrumentalise une bande d’inconscients. Ce, dans le seul but d’émouvoir l’opinion en se faisant passer pour la victime, et de créer le buzz sur une cause qu’il a perdue !

.

Un récidiviste patenté de la diffamation

Faut-il rappeler que Mike Mukebayi s’est toujours retourner contre les politiciens qui l’ont soutenu et aidé ?

L’homme est coutumier des diffamations et de faits de langages intolérables. C’est la grenouille qui croit grossir en attaquant délibérément et abusivement des paisibles citoyens. Citoyens qui, au gré de ses déboires existentiels, lui ont apporté leur secours !

Ses outrages lui ont valu, il y a quelques années, un an d’emprisonnement suite à la plainte du Cardinal Monsengwo. Il l’avait faussement accusé d’être corrompu par Joseph Kabila.

Ses excès sont aussi à la base de sa récente suspension à l’assemblée provinciale de Kinshasa pour une année !

Il est temps que Mike Mukebayi réponde de ses actes devant la justice. Et qu’il apporte les preuves de toutes les allégations diffamatoires contre Molendo Sakombi. Car on ne peut pas jeter gratuitement l’honneur et la réputation d’une personne en pâture, sans que sanction ne s’ensuive.

C’est aussi ça l’Etat de droit que tout le monde appelle de ses vœux.

.

Arthur Bitambi