Bureau définitif de l’Assemblée nationale : l’opposition boycotte sans boycotter véritablement

share on:
Assemblée nationale

L’Assemblée nationale de la RDC a pris une fois de plus les airs de la Douma russe. Ici, la boxe se révèle de fois la meilleure négociation.

On a frôlé une fois de plus une bagarre rangée, après celle qui a eu lieu le lundi 15 avril.

La plénière s’était transformée en une pagaille indescriptible. Il y a eu des micros arrachés, des menaces, des injures et une bagarre entre députés nationaux.

Capsud.net revient sur cette folle journée de mercredi 17 avril. Journée au cours de laquelle, on a failli assister une fois de plus à une véritable bataille rangée entre les députés de la majorité et ceux de l’opposition.

.

L’opposition non partante pour le bureau de l’A.N

« Nous n’allons plus participer au bureau définitif jusqu’à la fin de la législature« , a déclaré sur un ton de colère, le député G7, Christophe Lutundula Apala.

A la base, l’absence de consensus sur la problématique de la validation des 15 nouveaux députés nationaux. Notamment, ceux de Yumbi (Mai-Ndombe), de Béni et de Butembo (Nord-Kivu), élus le 31 mars.

A peine Lutundula a-t-il fini de parler, qu’un débat houleux a aussitôt éclaté dans l’hémicycle.

La plénière a pris les allures du grand marché de Kinshasa aux heures de pointe. Brouhaha, chamailleries, tintamarres, etc.

Certains n’ont même pas fini de soigner les hématomes de la bagarre rangée de la fois dernière.

Les députés de la Majorité ne veulent céder sur aucune proposition de leurs collègues de l’Opposition. Ces derniers, en colère, ont pris acte du poste de rapporteur adjoint qui leur est réservé.

Et puis, ils ont carrément rejeté la proposition de ce poste. Et posent comme préalable la validation des mandats des 15 nouveaux députés élus.

Après cette décision aux allures d’une grande annonce, tous les députés nationaux battant pavillon opposition, ont quitté la salle des Congrès.

En définitif, le bureau de l’Assemblée nationale n’aura aucun membre de l’opposition. Aucun membre de l’opposition non plus dans les différentes commissions de l’Assemblée.

Bref, une assemblée monochrome aux couleurs FCC-CACH dont le mariage vient d’être scellé.

.

Qui a dit un bureau sans l’opposition ?

Coup de théâtre ce jeudi 18 avril, date prévue par le calendrier pour le dépôt des candidatures. On a observé des fissures dans l’opposition.

Fabrice Puela, député de LAMUKA, a déposé sa candidature au poste de rapporteur adjoint de l’A.N. Ce contre l’avis de sa hiérarchie.

Voilà un autre qui passe la frontière avec arme et bagage.

« Le malheur des uns fait le bonheur des autres, » dit on. Les autres ajouteront :  » la nature a horreur du vide. »

Cette candidature fait sûrement le bonheur de la coalition FCC-CACH qui aura des arguments sur la composition du bureau.

.

La politique de la chaise vide ne paie pas

La présence de cet opposant dans le bureau de l’A.N si c’est confirmer, risque de légitimer ce bureau.

Et ce, conformément à l’esprit de l’article 26 du Règlement Intérieur de la Chambre basse.

En décidant de tout boycotter, l’opposition fait elle oeuvre utile? est une bonne chose de tout rejeter ? Depuis que les acteurs politiques de l’opposition prennent ce genre de position que récoltent-ils? Ne serait-ce pas une attitude à proscrire quand l’intérêt est plus d’œuvrer pour le bien de la population?

Voilà des problématiques auxquelles chaque député de l’opposition est censé répondre à ses élus.

Après le dépôt des candidatures ce jeudi, reste donc à voir ce qui l’en sera de l’élection mardi 23 avril.

.

Thierry Bishop Mfundu