Justice : Kabila révoque et nomme des nouveaux magistrats

share on:

Dans une série d’ordonnances rendues publiques hier dimanche, Kabila a révoqué certains magistrats et nommé d’autres.

 

Le Président de la République a signé une pluie d’ordonnances sur la démission d’office des magistrats civils du siège et des magistrats civils du ministère public. Parmi ces ordonnances, il y a certaines qui portent sur la démission volontaire d’un magistrat civil du ministère public et la démission d’une magistrate civile du siège. Celle de la mise à la retraite d’un magistrat militaire du ministère public.

Il a aussi signé des ordonnances portant respectivement nomination des magistrats civils du ministère public. Il a aussi nommé des substituts de l’auditeur militaire de garnison.

 

Des nominations jugées irrégulières

 

Beaucoup de membres du corps de la justice jugent ces nominations irrégulières. Voilà, ce que cache l’iceberg de la pluie d’ordonnances présidentielles lues ce dimanche à la RTNC.

Quid des noms cités selon les cas ?

A voire le contenu pléthorique des dites ordonnances, il va sans dire qu’une lecture minutieuse de ces noms saura rassurer ou, hélas, confirmer les pires craintes manifestées ça et là.

Quoi qu’il en soit, ces révocations et nominations par le Chef de l’État tombent dans une période trouble de notre pays.

 

Des moutons noirs dans la justice congolaise

 

D’où, ce coup de balai apparait tant  pour les élites qu’au plus bas de la société congolaise comme une réponse au  » grand scandale judiciaire ».

Il est question, évidemment, de la « fraude du siècle » dans le corps combien sensible des organes de la Justice. En effet, des révélations toutes récentes avaient mis à jour le fait que plusieurs animateurs des organes judiciaires n’avaient pas des diplômes requises.

En fait, plusieurs juges et magistrats étaient des faussaires.

Ce qui n’était d’abord qu’une rumeur c’est avéré vraie. Les autorités judiciaires ont confirmé la présence des moutons noirs dans la profession.

Alexis Thambwe Mwamba, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, avait annoncé l’ouverture d’une enquête.

Les résultats de l’enquête ont confirmé ce que tout le monde savait déjà. Près de 200 personnes exerçant dans le Pouvoir Judicaire en RDC avaient été déclarées être sans qualité.

 

Un assainissement du pouvoir judiciaire

 

Hier encore, à peine après la lecture des ordonnances, le ministre de la justice est revenu à la charge. En plein direct sur la RTNC, il a levé un pan du voile!

La série de nominations et révocations était bel et bien un assainissement du pouvoir judiciaire. Il voit par ailleurs dans ce coup de balai la ferme volonté du Chef de l’Etat d’assainir la magistrature de la RDC.

Ainsi s’en est fini de ce vaste feuilleton judiciaire qui a connu mille et une épisodes.

Quand on sait que certains magistats étaient diplômés en  psychologie,  agronomie ou en eaux et forêts. On ne pouvait qu’assister à une justice digne du moyen âge. Pourtant, des milliers des diplômés en droit sont en chômage ou s’adonnent à des activités peu reluisantes.

D’ailleurs, selon Alexis Tambwe Mwamba, il n’était là question que de la première série des mesures. D’autres suivront avait-il annoncé.

Ainsi, un avertissement est lancé à l’endroit des juges, magistrats et autres. Il faut avoir à cœur la pratique correcte de dire le droit, rien que le droit.

Peut-être dans peu de temps, de nouvelles têtes viendront en remplacer d’autres.

Thierry bishop Mfundu

Leave a Response