Kinshasa: levée de la suspension des marches non effective

share on:

Depuis quelques semaines, le PPRD organise librement des manifestations publiques dans la ville de Kinshasa pour sensibiliser sur les élections. L’opinion s’est interrogée sur l’effectivité de la mesure de suspension des manifestations publiques. Selon Emmanuel Akweti, Ministre provincial de l’intérieur, le Gouvernement n’a pas levé cette mesure. Il l’a déclaré ce mardi 3 avril 2018.

 

Emmanuel Akweti affirme que la mesure prise par les autorités provinciale “n’a jamais été levée”. Et que s’agissant des demandes à manifester, elles sont analysées de manière approfondie au cas par cas. La décision ne pourra être prise qu’après un rapport du service de sécurité.

Il y a peu le Gouvernement central avait trouvé qu’il n’était pas possible d’accorder des autorisations à tout rassemblement public. Pour cause, les précédentes autorisations avaient occasionné beaucoup de pertes en vies humaines et d’importants dégâts matériels.

 

Conflit de compétence entre ministres

 

La déclaration du Ministre provincial prend en contrepied celle du Ministre national des droits humains, Marie-Ange Mushobekwa. Celle-ci avait déclaré le 20 mars au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, que la mesure avait été levée.

« La vie humaine est sacrée. Nous veillons chaque jour que tout le monde intègre et respecte ce principe universel », avait déclaré Marie-Ange Mushobekwa.

En RD Congo, tout n’est pas que rose. mais tout n’est pas non plus sombre. Tenons pour exemple, le processus électoral se poursuit en toute transparence. La CENI a encore une fois confirmé la tenue des élections le 23 décembre prochain. La mesure de suspension des manifestations politiques sur la place publique a été levée. Et ce afin de permettre à tous les partis et regroupements politiques de mieux se préparer aux élections.

Le message de la Ministre fut d’ailleurs repris le 23 mars par Abdoul Aziz Thioye, directeur du bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme (BCNUDH). Une décision de levée de mesure qui a d’ailleurs réjouit les partenaires de la RD Congo. Mais cette joie sera de courte durée.

Voici encore une preuve de la mégestion du pays où un Ministre provincial peut contredire un Ministre national. Et cela sans n’être inquiété ni sanctionné.

 

Deux poids, deux mesures

 

Il apparaît aussi que le favoritisme et le clientélisme ont été élevé au rang d’icônes en RD Congo. Comment expliquer que les meetings du PPRD soient toléré et les marches du CLC réprimées par le sang.

Depuis quelques semaines, le PPRD organise des meetings dans toute l’étendue de la capitale sans pour autant être inquiété. Et ce, malgré les incidents qui ont émaillé leur dernier meeting à la Foire internationale de Kinshasa.

Comment justifier le fait qu’un parti politique puisse narguer tout un Gouvernement sans que celui-ci ne réagisse ?

À l’approche des élections, le Gouvernement doit pouvoir montrer sa bonne volonté en autorisant les manifestations publiques.  La liberté de réunion et d’association est un droit reconnu dans la constitution.

 

Thierry bishop Mfundu

Leave a Response