David Mukeba : portrait d’un candidat à la présidence de l’UDPS

share on:

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) organisera, sauf imprévu, son congrès du 30 au 31 mars 2018. Il aura pour point d’orgue le vote du nouveau Président en remplacement du Lider Maximo, feu Étienne Tshisekedi.  Déjà, les ambitions pour briguer cette fonction poussent plusieurs candidats à postuler avec des chances et des convictions diverses. Dans cette brochette de candidats déclarés, il y a une candidature atypique : celle de David Mukeba ! Parti à sa rencontre, capsud.net vous propose un voyage à la découverte d’une compétence au service des idéaux du parti. Un « diamant méconnu », un brillant né et dévoué à la cause démocratique.

 

Vice-président de la ligue des jeunes de l’UDPS, il est le symbole du combattant idéal. Mais aussi, le prototype d’une jeunesse dévouée à la cause du parti.

David Mukeba dont la candidature pour la présidentielle prochaine dans son parti ne fait l’ombre d’aucun doute, n’aurait pas de souci à se faire si seulement l’excellence dans le parcours scolaire, universitaire et professionnelle suffisait à faire un Président du parti.

David Mukeba fut ses études supérieures à l’IBTP d’où il est sorti ingénieur en Bâtiment et travaux publics. Zélé et assoiffé d’études, il poursuit son cursus à l’ISTA et décrocha un diplôme d’Ingénieur.

Son palmarès académique augurait déjà d’une grande carrière pour ce petit génie. C’est d’ailleurs pour cela qu’il fut retenu comme assistant du Professeur Beko. Il assiste cet enseignant à l’ISTA et à l’Université Kimbanguiste.

Avec ce parchemin, cet architecte est un homme courtisé par les institutions sous-régionales, régionales et mondiales. Il a travaillé avec la BAD, la Banque Mondiale et l’UE.

Entrepreneur en Bâtiments et Travaux Publics, il a œuvré à travers tous les pays où il a construit et réhabilité des routes, écoles et bâtiments publics.

Il traîne derrière lui plus de 25 ans de carrière en Administration publique. Il a travaillé comme cadres dans plusieurs Ministères notamment du développement rural et de la Reconstruction.

Ayant rencontré Étienne Tshisekedi grâce à son père qui fut pasteur. Il fut impressionné par sa stature et son humilité, ce qu’il amena directement à adhérer à l’UDPS.

La première fois qu’il a rencontré Tshisekedi, ce dernier a demandé à son père de faire une prière avant leur échange.

Il suivi ensuite le parcours normal de tout adhérant au sein du parti. D’abord simple militant, il est devenu par la suite Président de l’UDPS/IBTP pendant ces années d’études.

Puis il est affecté au secrétariat fédéral comme chargé des missions adjoint.  Il est nommé vice-président de la ligue des jeunes de l’UDPS par Étienne Tshisekedi lui- même.

Cet ingénieur a largement contribué à étendre le parti notamment en créant la section UDPS marché central.

Pionnier du Parlement débout/ pavillon Bolingo, il a aussi initié la jeunesse du Rassemblement.

Sa maîtrise parfaite de 4 langues nationales fait de lui un communicateur de premier ordre. Il a cette facilité à communiquer avec n’importe quel type de public. Il jouit de la pleine confiance des cadres et des militants du parti.

Marié à Madame Tanya Kimbongo Kameka et père de 4 enfants, David Mukeba est Mari fidèle et un modèle pour sa famille.

Étienne Tshisekedi a su très tôt découvrir la perle rare pour en tirer le maximum. C’est pourquoi, il lui confia la responsabilité de la jeunesse du parti.

 

Difficile parcours politique

 

Son parcours politique n’est pas un fleuve doux et tendre. Il y a eu bien des remous.

Au cours de son militantisme politique au sein de l’UDPS, il a connu plusieurs arrestations, brimades et tortures. Il a participé à toutes les actions du parti : marches, manifestations, sit in, journée ville morte, etc.

Récemment, il fut arrêté par les services de sécurité puis mis en secret au cachot. Là, il fut battu, torturé et on lui mit la pression pour rejoindre le groupe des dissidents de l’UDPS. Il a tenu bon malgré les supplices moral et physique. D’ailleurs, il en garde encore des séquelles notamment une cicatrice au bras qu’il arbore fièrement.

À la question de savoir : pourquoi n’a-t-il pas rejoint Badibanga et Tshibala dans leurs dissidences ?

Il sourit et répond : « c’est une question d’idéologie ». Pourtant, il a reçu plusieurs propositions à des postes clés et ministériels. Par rapport à la gouvernance et la gestion de son parti, l’homme a une approche nouvelle.

Mais à quelques jours du congrès, cinq raisons fondamentales militent pour le choix de ce candidat. Raisons qui se fondent sur le leadership, la capacité de mobilisation de ressources financières, la place de la jeunesse dans sa vision, et son incarnation génétique de l’unité du parti. Pour lui, l’UDPS a l’obligation morale de prendre le pouvoir et de le conserver aussi longtemps que possible.

Mais sont-elles des raisons suffisantes ? Sans aucun doute, cet udpeiste de sang est une « mine d’or » pour son parti.

Mais les militants de l’UDPS ont-ils besoin d’un « diamant » pour relancer le parti? That’s the question. Et la réponse s’imposera à l’issue du Congrès.

 

Thierry bishop Mfundu

Leave a Response