Présentation de Mgr Ambongo: l’église catholique un modèle d’alternance !

share on:

Le cardinal Monsengwo n’a pas voulu voler la vedette à Mgr Ambongo à l’occasion de sa présentation dimanche 11 mars. Pourtant, il s’est identifié pleinement dans le speech de son valable successeur. Parlant de sa mission, l’intransigeant cardinal congolais a salué cette cérémonie à l’idée d’une transition politique.

 

Ce dimanche, à la cathédrale du Congo, rien n’était semblable au temps de carême vu le surnombre des fidèles.  Une ambiance bon enfant et festive du début à la fin de l’office prévu pour la présentation de l’évêque coadjuteur.

 

A la fin, lors de la prise de paroles des prélats, on eut l’impression d’être à un meeting politique. Deuxième à prendre la parole après le représentant du presbyterium de Kinshasa, Mgr Ambongo a fait l’économie de sa mission.

 

Conscient de ses nouvelles responsabilités, Mgr Ambongo a exprimé, en premier lieu, sa gratitude pour l’ovation lui réservée. Partant de sa devise épiscopale, l’évêque coadjuteur a expliqué que la vraie lumière permet de discerner le vrai du faux. Le bon du mauvais. « Pour ce faire, il faut se connecter avec Dieu », précise-t-il.

 

Clôturant son allocution, aux deux derniers points, Mgr Ambongo dit travailler pour le salut intégral de l’homme. Le successeur de Mgr cardinal Monsengwo insiste sur toutes les dimensions convergeant pour le salut de l’homme. Notamment la dimension spirituelle, politique, économique, etc.

 

Un noyau dur contre Joseph Kabila

 

Après la nomination de Mgr Ambongo, les réactions ont fusé de toutes parts. Ce prélat reconnu pour son franc parler, maîtrise parfaitement les enjeux politiques de l’heure.

 

Le successeur à l’archevêché de Kinshasa, partage le moins que l’on puisse dire, la même vision que Monsengwo. Ce dernier, bête noire du régime de Kabila, ne cache pas sa volonté de voir une alternance en RD Congo.

 

Face aux répressions violentes de la population lors des marches organisées par le Comité Laïc de Coordination (CLC), le cardinal s’est illustré très critique à l’égard des dirigeants congolais. Depuis, les relations se sont extrêmement tendues entre l’église catholique et le pouvoir de Kinshasa.

 

Grevisse Tekilazaya

Leave a Response