Christian Mwando Nsimba : « L’unité de l’opposition est une nécessité absolue pour faire barrage à un dictateur de la trempe de Kabila »

share on:

L’opposition politique congolaise déterminée à en finir avec le pouvoir en place ne cesse de multiplier des appels pour son unité.

 

Dans une Interview exclusive accordée à capsud.net, Christian Mwando, évoque » l’unité de l’opposition aujourd’hui comme une nécessité absolue pour faire barrage à un dictateur de la trempe de Kabila ».

 

L’heure, a -t-il insisté, est à l’unité pour l’avenir du Congo. Convaincu de la victoire face à un combat commun, il estime que la rigueur est de mise et que le choix des opposants n’est pas une priorité pour l’instant.

 

 Le Président de l’Union des Nationalistes Démocrates et Fédéralistes (UNADEF) a salué par ailleurs l’appel à la marche pacifique lancée par le Comité des Laïcs du Congo. Pour lui, une église sérieuse ne peut rester tacite face à des tueries, des massacres sur la population.

 

Il se range derrière l’église catholique qui selon lui ne fait pas la politique mais partage plutôt la souffrance du peuple. Aussi d’ajouter que l’Église catholique demande tout simplement que les règles démocratiques soient respectées car étant à la base de la souffrance actuelle.  L’Église catholique ne peut en aucun cas soutenir les dirigeants qui retiennent en esclavagisme un pays.

Son seul souci est de donner la parole à la population de se choisir ses dirigeants a-t-il -dit.

 

Il a su garder le cap après le décès de son père

 

Une année après la mort de son père, le patriarche Charles Mwando Nsimba, Christian Mwando Nsimba reste confiant quant à la cohésion du parti. Il n’est pas question pour lui de frustrer les membres qui ont longtemps lutté pour l’UNADEF. La fidélité dont ils ont fait preuve est un atout. C’est au président qui sera élu à une victoire écrasante d’organiser juste après un nouveau comité voulu par tous les partisans.

Quant à la date du 31 décembre, Christian Mwando reste déterminé au départ de Kabila. Et lance un vibrant appel à ses partisans et à toute la République d’agir comme un seul homme pour libérer l’avenir du pays.

« Cap vers les élections, 31 décembre, tous nous devons nous mobiliser pour le départ de Joseph Kabila qui dédouble nos partis politiques, point de distraction au sein des partis par des activités moins importantes » a-t-il conclu.

 

Judith Thérèse Singa

Leave a Response